Disco Negro

by Aerôflôt

/
1.
03:31
2.
3.
02:55
4.
03:47
5.
04:44
6.
7.
8.
02:54
9.
10.
04:47

about

Datcha Discos

www.iloveaeroflot.com

...

A la croisée du métal froid et du post-punk incandescent (Les Inrocks)

Ça secoue, ça gigote, mais avec un groove délirant tout du long. (Positive rage)

Disco Negro n’est surement pas là par hasard ! Mais ce qui est sûr c’est qu’il surgit tel un fou avec une hache en main, prêt à vous amputer un membre... (Rock au top)

Weirdpunk addicts should definitely give "Disco Negro" a spin, it's a fascinating ride... (Low cut)

C'est ce disque dans son intégralité qu'il convient de saluer... (Premonition)

L'ensemble est flamboyant , je ne trouve ici aucune pause conventionnelle, le mélangé électro-électrique fait la force du groupe, sa puissance... (Cafzic)

Disco negro est une galette epileptique ,un pied dans les seventies psyche, un autre dans la noise des années 90... (Pppzine)

Espiègle autant que sauvage, aussi insolite qu'il peut être prévisible, Aerôflôt prône une hystérie pop débridée qu'il aime noyer tantôt sous les notes intoxiquées de son chef d'orchestre de synthé, tantôt sous le beat musclé et martial du monsieur rythme... (Addictif zine)

Le son de l’album est monstrueux... (Mz webzine)

Rock, noise, punk, new wave... le quatuor se lance dans un sacré fourre-tout mais soigneusement rangé... (Noisy town)

Aerôflôt, c'est un dancefloor crade et collant d'alcool renversé, une partie de sexe tordue où l'on ne sait plus qui fait l'homme et qui fait la femme... (Nextclues)

Je salue bien bas l'originalité du truc qui risquera d'intéresser tous les amateurs de non-conformisme musical... (Musik industry)

Rien que d'y penser, en écoutant le disque, on s'imagine déjà la salle de concert retournée après le passage du combo... (W fenec)

Un son ample et massif, enveloppant et dur sur les bords avec une voix comme je les aime, c'est à dire noyée dans la masse... (Perte et fracas)

Puissant, pêchu, agressif, bruitiste et franchement jouissif, ce disque, c’est Stakhanov sous amphétamines, en salopette de cuir, qui dézingue un Tupolev à grands coups de barre à mine. Décadent et imparable... (Longueur d'ondes)

Que dire de plus, excepté que ce « Disco Negro » est une « Puta’s Fever » électro punk. Puissant... (A decouvrir absolument)

...

credits

released 01 March 2009

tags

license

all rights reserved

feeds

feeds for this album, this artist